Les Chats de Limeil

IMPORTANCE DE L'IDENTIFICATION

 

Parmi les chats recueillis cet été, MAMITA et MELINA illustreront notre propos quant à l’importance majeure de faire identifier son animal, que ce soit par tatouage ou par puce électronique…

Fin juin, nous avons été alertés sur le cas d’une vieille minette retrouvée prostrée dans un jardin. Nous l’avons appelée MELINA. Et apparemment personne dans la rue n’avait signalé la disparition de cette chatte. D’âge avancé, elle avait une malformation à une patte avant mais elle était quand même très alerte pour se déplacer. Non identifiée, la famille d’accueil l’hébergeant s’est alors dit qu’elle garderait Mélina jusqu’à la fin de ses vieux jours. Sa santé a commencé à décliner et après hospitalisation d’urgence, nos vétérinaires ont diagnostiqué une insuffisante rénale. Malgré les soins, Mélina s’est éteinte. Le jour même, la personne qui nous l’avait signalée nous a téléphoné pour nous informer que la vieille chatte habitant à quelques maisons de chez elle avait disparu ; sa propriétaire avait cru qu’elle était partie pour mourir, cachée. En fait, Mélina avait 16 ans et recevait un traitement quotidien pour les reins. Si elle avait été identifiée, nous aurions peut-être pu la faire soigner à temps…

 


Fin juin, nous avons été alertés sur le cas d’une vieille minette retrouvée prostrée dans un jardin. Nous l’avons appelée Mélina. Et apparemment personne dans la rue n’avait signalé la disparition de cette chatte. D’âge avancé, elle avait une malformation à une patte avant mais elle était quand même très alerte pour se déplacer. Non identifiée, la famille d’accueil l’hébergeant s’est alors dit qu’elle garderait Mélina jusqu’à la fin de ses vieux jours. Sa santé a commencé à décliner et après hospitalisation d’urgence, nos vétérinaires ont diagnostiqué une insuffisante rénale. Malgré les soins, Mélina s’est éteinte. Le jour même, la personne qui nous l’avait signalée nous a téléphoné pour nous informer que la vieille chatte habitant à quelques maisons de chez elle avait disparu ; sa propriétaire avait cru qu’elle était partie pour mourir, cachée. En fait, Mélina avait 16 ans et recevait un traitement quotidien pour les reins. Si elle avait été identifiée, nous aurions peut-être pu la faire soigner à temps…

 

L’histoire de Mamita est tout autre : nous avons reçu un appel d’une cliente d’un restaurant le long de la RN19. Depuis le midi, un pauvre chat noir criait famine dans la cour. Elle a eu pitié de ce minet et nous a appelés. Malgré la pluie torrentielle qui tombait, notre Présidente s’y est rendue et après une bonne quinzaine minutes de recherche le chat en question a été récupéré – lui aussi dégoulinant de pluie. Il s’avère que le mimi est une minette tatouée. Après recherche au Fichier Félin, grosse désillusion : il s’agit d’une chatte de 15 ans ( !) encore tatouée au nom du magasin qui l’a vendue. Le lendemain, nos craintes se confirment : la vente de la chatte (qui n’a pas de nom…) remonte à trop loin pour remonter dans les archives ! Comme quoi, grâce au tatouage, on n’aurait pu avoir une histoire qui finissait bien si le changement de propriétaire avait bien été effectué par l’animalerie et si les propriétaires s’étaient inquiétés de ne pas recevoir de carte de tatouage à leur nom.

Finalement, MAMITA – comme nous l’avons baptisée - fait partie de nos petits protégés. Vu son âge, son adoption est illusoire ; elle est donc à parrainer. Elle a subi des examens sanguins qui ont confirmé une bonne forme et même la vétérinaire a été surprise de son bon état de santé vu son âge.

×